La Biographie du Fondateur de DARNLECHALL

1962

Je suis née un dimanche d'hiver 1962,  dans cette belle ville de Paris au 6, Rue Giordano Bruno, dans le 14e arrondissement

Histoire de la rue - Un arrêté du 10 novembre 1885 donna à la rue Latérale au chemin de fer de ceinture le nom du philosophe italien Giordano Bruno (Nola, janvier 1548 - Rome, le 17 février 1600), brûlé comme hérétique. Situé dans le quartier Plaisance, le 6 rue Giordano Bruno, 75014 Paris est situé sur une parcelle de 27818 m².

Source - https://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_Giordano-Bruno

Déclarée le 31 janvier, par un employé du lieu à l'officier de l état civil de la mairie du 14e arr. de Paris ; par déduction mon père n'est pas!

Mes parents résidaient au 92 rue de la République à Montrouge - (Seine) actuellement Haut de Seine (92) 

Source - https://www.ville-montrouge.fr/920-l-histoire-de-montrouge.htm

 

Un peu d'Histoire de cette année là : 1962

un peu d'histoire de cette année là : 1962 :

  • 19 - 27 janvier : le voyage inaugural du paquebot France du Havre vers les Canaries ; alors que "France" navigue dans le golfe de Gascogne, il croise la route du vieux paquebot "Liberté" (ex "Europa" lancé en 1928 pour le compte de la Compagnie Norddeutscher Lloyd et donné à la France, après la seconde guerre mondiale, en dédommagement pour les pertes subies par sa marine marchande) qui se dirige vers les chantiers de La Spezia pour y être démantelé. (Source : http://www.paquebots.net/2015/02/paquebot-france-voyage-inaugural-du-19-au-27-janvier-1962.html)
  • Lancement du France, en mai 1960 (© : COLLECTION FRENCH LINES)Lancement du France, en mai 1960 (© : COLLECTION FRENCH LINES)

© Mer et Marine https://www.meretmarine.com/fr/content/le-paquebot-france-sen-est-alle-au-pays-des-legendes-maritimes

                                            Yves Saint Laurent entouré de ses mannequins le 29 janvier 1962 lors de la présentation de sa première collection. Rue des Archives/©Rue des Archives/AGIP                                                                                                                             (Source : https://museeyslparis.com/biographie/presentation-de-la-premiere-collection.)

  • 7 mars : reprise de la conférence d’Évian (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_d'Évian) avant et après, il y aura beaucoup d'événements, d'attentats, etc.. perpétré par l'OAS (organisation d'Armée secrète
  • 18 mars 1962 : signature des accords d'Évian. À partir de ce jour, le FLN (Front de Liberation Nationale)  n'est plus considéré comme une organisation illégale par le gouvernement français.
  • 19 mai : début du rapatriement massif des européens d’Algérie. Un pont aérien est établi entre Alger et la France. Plus de 900 000 Français d'Algérie et 91 000 Harkis se réfugient en France.
  • 3 juillet 1962 : l'Algérie accède à l'indépendance, après le référendum du 1er juillet. Premiers accrochages entre le  GPRA (Groupement provisour de la République algérienne) et les différentes mouvances du FLN pour l'accès au pouvoir.                   
  • Beaucoup d'autres événements liés à l'algérie se dérouleront encore au cours du second semestre 
  • 4 août : loi Malraux pour la protection du patrimoine.
  • ᐅᐅ Différence loi Monuments Historiques ou loi Malraux ⇒ Que choisir pour  défiscaliser ?

Source : https://www.loi-malraux-monuments-historiques.fr/loi-malraux-1962

  • 22 novembre : mort au Havre de l’homme d’État René Coty, dernier président de la IVe République62.
  • 29 novembre : un accord franco-anglais est signé pour la création du projet d'avion supersonique Concorde. Son coût est chiffré entre 5 et 6 milliards de francs.

Afficher l’image source

Devant la «Joconde», JFK, Mme et M. Malraux, ministre français de la Culture, Jackie Kennedy et le vice-président Johnson.

Devant la «Joconde», JFK, Mme et M. Malraux, ministre français de la Culture, Jackie Kennedy et le vic-président Johnson.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/1962_en_France

et concernant l'état civil ...Quelques noms que vous connaissaient peut être ?

  • 1er janvier : Carlos Gómez, acteur américain.
  • 2 janvier : Adlan Varayev, lutteur libre soviétique et russe († 4 mai 2016).
  • 5 janvier : Giuseppe Abbagnale, rameur italien, champion olympique d'aviron en deux barré aux Jeux de Los Angeles en 1984 et de Séoul en 1988.
  • 11 janvier : Melanie Hill, actrice britannique.
  • 12 janvier : Stéphane de Rosnay, journaliste, éditeur de presse et producteur de cinéma français († 12 mars 2015).
  • 17 janvier : Jim Carrey, acteur canado-américain.
  • 18 janvier : Francisco Ferreras, apnéiste cubain
  • 21 janvier : Marie Trintignant, actrice française († 1er août 2003).
  • 22 janvier : Isabelle Nanty, actrice française.
  • 25 janvier : Irina Dovgan, esthéticienne ukrainienne devenue célèbre fin 2014 à cause d'un cliché d'elle prise par le photographe Mauricio Lima du New York Times.
  • 30 janvier : Éric de Moulins-Beaufort, évêque catholique français, évêque auxiliaire de Paris.
  • 31 janvier : Stephen Keshi, joueur et entraîneur de football nigérian († 8 juin 2016).

 

à suivre

  • 24 mars : Auguste Piccard (physicien, aéronaute et océanaute suisse)
  • 10 avril : Michael Curtiz (cinéaste américain d'origine hongroise)
  • 6 juin : Yves Klein (plasticien français)
  • 6 juillet : William Faulkner (romancier américain)
  • 9 juillet : Georges Bataille (écrivain français)
  • 5 août : Marilyn Monroe (actrice américaine)
  • 9 août : Hermann Hesse (écrivain suisse d'origine allemande)
  • 28 septembre : Roger Nimier (écrivain français)
  • 16 octobre : Gaston Bachelard (philosophe français)
  • 18 novembre : Niels Bohr (physicien danois)
  • 22 novembre : René Coty (homme politique français)
  • 26 novembre : Albert Sarraut (homme politique français)
  • 28 novembre : Wilhelmine (reine des Pays-Bas de 1890 à 1948)
  • 15 décembre : Charles Laughton (acteur britannique naturalisé américain)

à suivre

Les Années 1960

De ma naissance à cette cité, je n'ai pas de souvenirs 

où est-ce que  j'ai habité ? ce que j'ai pu faire ? et concernant mes parents !!!! je sais seulement que mon père et  ma mère  sont  les enfants de parents

BOUCHER  & CHARCUTIERS

J'ai vécu dans ce petit batiment au dessus du centre commercial au  4e étage, et le dernier appartement au fond du palier ( à l'extrème droite, ma chambre donnait sur le centre et l'autre chambre ou il m'arrivait de jouer donné sur le pignon).

Est-ce que j'ai des souvenirs de ce que je faisais, pas vraiment des brides 

  • Mon école - St Exupéry qui deviendra  Ecole Annie Fratellini ou j'ai du y aller  jusqu'en 1971/72 ;
  • Des photos prouvant  que j'ai été à l'école à Thiviers en Dordogne, où habitaient mes grands-parents paternels ; pourquoi ??
  • Un centre de loisirs où j'y passais des journées quand je n'étais pas à l'école,

Avoir eu plusieurs chiens, un boxer '' KIKI" et après un autre, qui n'arrêtait pas de faire des bétises, un jour il n'était plus là, dans cette" cuisine en sous-sol de la boucherie.

  • Jouer dans le parc derrière l'immeuble, avec des osselets d'os, des marrons, etc...
  • Passer des vacances chez mes grands parents en Dordogne à Thiviers ​​
  • Regarder la Télévision  soit seule ou/avec mes parents de ce que je me souviens   

Vieille Télé Banque D'Images Et Photos Libres De Droits - 123RF

et aussi des choses désagréables que j'ai pu vivre...pour avoir fait des bétises de gamines :

  • ma mère qui me fait ma valise et me met à la porte (j'ai moins de 10 ans, EST CE QUE CELA SE FAIT ???!!) en me disant va voir ton père à la Boucherie avant de me faire descendre les 4 étages.
  • avoir fait une énorme bêtise avec mes cousines qui avaient le même âge que moi (10 ans, je pense) et personne pour nous garder, pendant que mes parents étaient à des centaines de kilomètres pour faire des visites de commerces !!!!
  • jouer avec des aiguilles et des allumettes

On va dire 1971/2, l'année où mes parents prennent la décision de quitter la commune et même la région.

Histoire de cette cité Le Parc à Vernouillet

Dans les années d'après-guerre, les besoins en logement sont énormes.

Des logements détruits pendant la guerre. Il faut renouveler le parc immobilier vétuste et souvent insalubre. Il est créé un ministère de la reconstruction et de l’urbanisme (MRU). L’Etat s’implique dans la construction de logements. M. Claudius petit, ministre est partisan de créer des logements “aidés“ pour permettre d’offrir un logement décent aux familles n’ayant pas les moyens de payer un loyer. Les moyens sont plus ou moins bloqués par la loi de 1948 qui assure le maintien dans les lieux des locataires et fixe le montant des loyers suivant une règle nommée “surface corrigée. Cette loi n’encourage pas l’investissement dans les locaux locatifs. Des qu’un appartement se libère, le propriétaire préfère le mettre en vente plutôt que de le louer à nouveau. L’initiative de créer de nouveaux logement ne peut venir que de l’Etat.

Ainsi sont nés les logements HLM (habitation à loyer modéré)

En janvier 1953, Eugène Claudius Petit, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme est remplacé par M. Pierre Courant, maire du Havre alors que M. Bloch Laisné prend la Direction de la Caisse des Dépots et Consignation. Ces deux hommes mettent sur pied une loi et un programme concernant le logement. La loi institue une véritable économie mixte de la construction qui échappe au secteur HLM. Le programme consiste à utiliser les bénéfices importants des activités financières de l’établissement pour réaliser, grâce au nouveau dispositif financier, un important programme de logements “populaires“ sous la forme d’un placement immobilier. [1]

À partir de ce moment, la Caisse des Dépôts et Consignations n’est plus seulement un financeur de l’immobilier, mais devient un promoteur. Pour cela la création d’une filiale technique s’impose. C’est ainsi qu’est créé le 11 juin 1954, la Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts (SCIC).

La construction de la ''Cité du Parc'' de Vernouillet s’inscrit dans cette nouvelle politique de la Caisse des dépôts.

En 1948, le château de Vernouillet et son parc appartiennent à Mlle Droin qui a un élevage des chiens. Celle-ci décède en 1955 et ses héritiers décident de mettre la propriété en vente. L’ensemble est acquis par la Caisse des dépôts et consignation qui projette la construction d’un ensemble de 813 logements sociaux et l’installation d’une maison de retraite dans les bâtiments du château.

Pourquoi ce projet ? certains événements en sont à l’origine :

En 1953, la société des automobiles SIMCA dont les usines sont situées à Nanterre, rachète l’ensemble de la société Ford France dont les usines sont à Poissy. La direction SIMCA décide de transférer l’ensemble de ses activités sur le site de Poissy. Ce transfert de Nanterre à Poissy crée un besoin important de logements pour le personnel. Ainsi se construisent à Poissy même la cité de Beauregard et à Vernouillet, la cité du Parc.

Georges Poisson dans son livre “Pays du dimanche“ paru en 1964 présente la cité du Parc comme… le “grand ensemble“ le plus réussi de la région parisienne…[2]Il répond aussi à une demande de la Municipalité confrontée à une forte demande de logement. Voilà ce que l’on peut lire dans le bulletin municipal N°1 de 1963, dans un article signé Jean Mahler, maire :

…Il a fallu prévoir l'aménagement de la com­mune, pour absorber cet accroissement de la po­pulation, en lui assurant des logements, en pré­voyant des écoles supplémentaires, et en prenant des mesures générales pour le bien-être de la population.

Jusqu'en 1956 le problème du logement était très aigu: la Mairie recevait sans arrêt des de­mandes de mal-logés ou de jeunes ménages, la cadence de la construction sur la commune res­tait trop faible pour satisfaire les besoins.

La vente du château a provoqué l'implantation de l'ensemble immobilier dans lequel la munici­palité a pu faire réserver 10 % des logements construits pour les mal logés et les non logés du vieux pays: ces logements ont été rapidement tous occupés.

La municipalité a pu également obtenir de la c.I.R.P. la prise en charge par cette société des terrains des écoles, de l'assainissement, de la voi­rie et de l'éclairage de l'ensemble du Parc. …

La création de cet ensemble s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme de construction de la de la Caisse des dépôts et consignations et qui concerne plusieurs villes de banlieue dans toute la France. C’est l’époque où il fait faire face à une forte demande de logement pour répondre à l’apport massif de population suite aux développement intense des activités industrielles et à leur délocalisation.

La construction de l’ensemble est confiée à l’architecte Gustave Stoskopf.

Qui est Gustave Stoskopf. ? Je donne ci-après la présentation qu’en a fait Paul Landauer dans son livre “L’invention des grands ensembles “:

“Gustave Stoskopf est l’un des seuls architectes de province qui soit devenu architecte-conseil (du Haut-Rhin). Second Grand Prix de Rome en 1933 (atelier Pontremolli), Prix Guadet du meilleur diplôme en 1935, prix Blumenthal en 1939, il dirige après 1945, la reconstruction de nombreux villages viticoles alsaciens, parmi lesquels Ammerschwihr, village dans lequel il propose un remembrement adapté au caractère pittoresque du site. Ses réalisations cherchent le plus souvent à interpréter les formes de l’architecture vernaculaire dans un vocabulaire moderne, ainsi qu’en témoignent les constructions qui bordent la petite place de l’Homme de fer au cœur de Strasbourg, créée à l’emplacement d’un “trou de bombe“ : une petite tour – réunissant les allocataires de maisons endommagées- se dresse sur un des angles de la place, telle un clocher signalant discrètement la présence d’une nouvelle ère de civilisation. Ses interventions, jamais dogmatiques, sont très appréciées en Alsace où il apparaît comme un véritable intercesseur entre la tradition régionale et les tendances modernes « parisiennes ».“

On peut, à la lecture de cette présentation élogieuse, déplorer qu’à Vernouillet, il n’a pas tenu compte de l’environnement historique du village. Certains immeubles se situent à l’intérieur du site de protection d’un monument classé (L’église). De même les immeubles sont d’une esthétique peu compatible avec le style du château du XVIIIe siècle dans le parc duquel ils ont été construits.

L’ensemble du Parc de Vernouillet est inauguré en 1956 par M. Demange, préfet de Seine et Oise.

lire la suite

Les Sources :http://cercle-historique-vernouillet.

Les Années 1970.1

J'ai aucun souvenirs d'avoir été avec eux pour visiter des commerces?

Ils cherchent à s'installer avec un changement radical de profession ( mes parents sont  commerçants - mon père avant de se marier est boucher et ma mère, charcutière ;  leurs parents respectifs exercaient ce métier) dans le département du Nord, nous allons habiter à Amiens, au 41 place Alphonse Fiquet

41 place Alphonse Fiquet Amiens (80)

sur cette photo récente, c'est l'appartement du dessus, ma chambre donne de l'autre côté  ! Le commerce que nous pouvons voir est toujours un café ;  à l'époque où nous y étions, il s'appelait "LE PENALTY", mes parents quand ils l'ont acheté, donc dans les années 1971/2, je ne sais plus trop...En font un CAFE SPORTIF pour tous les résultats sportifs à l'instant présent.. .......

Je me souviens :

  • Il ouvre  tôt le matin jusqu'à très tard dans la nuit.. il est situé à la sortie des Gares SNCF et routière d'Amiens...
  • Mes parents travaillent avec deux couples de gérants, dont mon oncle Michel Parquet et sa femme Françoise, cela ne durera qu'un temps avec eux.. après je ne me souviens pas s'ils ont été remplacés, surement vu la plage horaire d'ouverture  - 6h/4h.
  • Je ne vois mes parents que 1 à 2h par jour, quand je me lève, ils dorment...

Je suis inscrite à l'École "La Sainte Famille" Je suis en primaire, peut-etre avec le calcul en classe de CE1/CE2 impossible de me souvenir, je fais de la danse rythmique avec une jupette avec des carreaux vichy rouge et blanc, ensuite je poursuis ma scolarité au collège de la 6e jusqu'à la 4e. Le midi, je mange à la cantine, et après les cours je vais en classe d''étude, je rentre c'est l'heure de se mettre à table (18h30), avant l'affluence dans le café..je passe un peu temps avec eux soit à jouer à la barmaid ou à finir mes devoirs puis je monte à l'appartement ...Voilà comment se passaient mes journées... !!!

À l'époque on ne va pas à l'école le jeudi donc je profite un peu d'eux à ce moment là... Je me souviens qu'ils m'ont emmené une fois ou peut-être plus au Touquet, mangé dans un restaurant chic...ET OUI... ils ont la FOLIE DES GRANDEURS.!!! (suivant l'avancée de mon histoire içi, je vous en dirais peut être plus au fils du temps) ; puis  le mercredi devient notre jour de repos, est-ce que cela a été le cas pour eux.. là, c'est un trou noir !! 

D'autres souvenirs enfouis en moi, que j'arrive à me remémorer qu'ils soient bons ou mauvais :

  • Avec des copines ou seule, je vais souvent à la Patinoire et un petit faible pour un garçon Jean Michel...(Qui ne me regardait jamais !)
  • Je regarde la télévison , le samedi après midi :  La Une est à vous sur la Première chaîne de l'ORTF. Le journaliste Bernard Golay présente l'émission, accompagné du ventriloque David Michel et son pingouin Nestor.
  • Les séries que je regarde : 

Vidocq - Aux frontières du possible  - Arsène Lupin - Les Chevaliers du Ciel - Les Globe-trotters - Schulmeister, l'espion de l'empereur - Chapeau melon et bottes de cuir - Cosmos 1999 - Les Mystères d'Orson Welles - Le Prisonnier -Mission impossible  - Le Sixième Sens - Les Envahisseurs - Au-delà du réel - Les Mystères de l'Ouest - Au Nom de la Loi - Columbo - L'Homme de Vienne - Cannon -Hondo -Sam CadeFlipper le dauphin -Ranch L - Kung Fu - La Grande Vallée - Le Grand Chaparral-Anna et le Roi-L'Homme Invisible-Zorro-Suspense -Mannix -Titi et Grosmin - Satanas et Diabolo - Le Roi Léo - Le prince Saphir - Laurel et Hardy - La Panthère rose - Bugs Bunny - Grosminet - Woody Woodpecker -  Bozo le clown -Babar - Le Manège enchanté

  • J'ai  un prof d'Anglais pour des cours particuliers..mais est-ce que cela à servi à quelque chose, pas vraiment.. car je ne parle pas anglais.
  • C'est l'époque du fan club de l'équipe de l'AS St Étienne,  On écrit partout  ROCHETEAU -  BARTHENAY - LARQUÉ.....
  • J'ai mon premier tourne disque, pour écouter les 45 tours qui ne restent pas dans le juke-box, car il faut renouveler ( Je les ai encore !)

Mes parents achétent un chien de 6 mois, il s'appelle LUCIFER  avec le temps on dira LUC, c'est un doberman, en grandissant il devient majestueux, il l'entraine pendant des sorties en campagne, pour le faire courir ; une fois un gros accident se produit, nous sommes dans la voiture qui roule et le chien  à côté entrain de courir.. à quoi il a pensé : "il m'abandonne" !!! Là, un gros crac..mon père stoppe la voiture et descendons,  Luc est allongé, il gémit avec ses deux pattes, il se frotte le museau, grosse crise de larmes pour moi....Nous le mettons  dans la voiture et direction le vétérinaire......le diagnostic tombe :  museau cassé dans le sens de la longueur, il a perdu un croc, (la supposition : il a mordu le pneu, resté coincé avec son croc et mon père lui a roulé sur le dessus !!) Il est opéré et s'en sort avec une broche dans la gueule le temps de la cicatrisation) et reprend vite ses forces.. comme si de rien n'était. Mon père l'emmene à des cours de dressage. Pourquoi ? Pour le café, vu les heures d'ouvertures, il y a parfois des soucis avec la clientèle, c'est pour dissuader et aussi pour nous défendre en cas d'agressions....Mais cela sera à double tranchant..

Un jour, mon père me met une gifle.. et cela n'a pas été la seule avant ou après, qu'est ce que j'avais fait.. je ne m'en souviens pas..!!! Luc m'a défendue. me croyant attaquée, il a mordu mon père sur le côté du torse,  il n'a rien senti.! Il ne l'a pas corrigé car il a fait son travail, il est dressé pour la défense (de manière générale, un chien de défense est un animal spécialement éduqué pour défendre son maître ou son foyer quand il est attaqué).

Ma Communion Solonelle, donc en 1974 (12ans), et là, on fait les choses en grand ou pas, car deux de mes grands parents ne peuvent pas se voir donc deux repas !...

  • le premier à Amiens, 
  • le second à St Germain en Laye, au camp des loges,  dans le restaurant le Cazaudehore.

Je reçois des cadeaux pour l'occasion..dont une pendule quatre cent jours.....Qui nous donnera des sueurs froides à ma mère et à moi !

Un jour en ouvrant mon secretaire, cette fameuse pendule glisse et le globe en verre se casse sur mon poignet gauche, ce qui me l'entaille? sans m'affoler, je vais voir ma mère et lui dit je me suis coupée, quand elle voit la coupure béante d'au moins 3/4 cm de long et assez profonde.. elle me l'entoure d'une serviette de toilette et appelle mon père.....Qui prend la décision de m'emmener dans une clinique, qui se trouve à  approximité de l'appartement..là, on lui dit nous ne pouvons pas la recoudre comme ça, il faut l'examiner vu que c'est du verre qui l'a coupé, ils y a peut être des morceaux à l'intérieur !  Donc nous rendons à l'adresse qu'elle nous a donné.. c'est une clinique spécialisée dans tous ce qui concernent les membres.. Un chirurgien examine ma plaie et nous dit .. direction bloc opératoire car il y a urgence, je suis anesthésiée localement : on doit ligaturé un nerf complet et un tendon qui a été touché..sinon je risque de perdre une partie de l'usage de ma main ...voilà le verdict est tombé...l'infirmière  me rassure et me soutient, car je dérouille malgré l'anesthésie...et pour finir, je dois porter un plâtre pendant un mois en bandouillière pour immobiliser mon poignet et la nuit, mon bras est fixer à un manche à balais à la t^te de  pour ne pas le déplier.. au total cela aura duré un mois et demi car après le pl^tre une atèle...et s'ensuivra la rééducation...qui sera de courte durée, vue le beau travail du chirurgien... il m'avait sauvé ma main..

(Aujourd'hui, cette cicatrice est toujours visible,  je peux ressentir des douleurs suivant le temps !)

Quels autres souvenirs que j'ai ? Ou que j'ai pu entendre autour de moi !

  • J'attrape la Rougeole, et elle est très forte ( au dires du  medecin un cas clinique à montrer à des internes)
  • Je suis examinée car j'ai une grosseur à la poitrine, on décèlera un kyste, à surveiller...il n'y aura pas de suite...( après toutes ces années,  je n'ai jamais eu d'autres soucis de ce côté là),
  • Avec le rythme de travail, que mes parents ont, les soucis, la fatigue.. la santé de ma mère va mal...( déprime qui ira jusqu'a une dépression nerveuse - faits entendus..elle dort toute la journée.. elle se tâpe la tête ...partout ).
  • J'aurais la chance de faire un voyage organisé avec mes parents, LE SEUL en Turquie, je pense que c'était pendant l'année 1974 ( car avant ils en ont déja fait plusieurs : Les Canaries, Les Baléares & la Grèce) j'en garderais des bons & mauvais souvenirs....!
  • Mes grands-parents qui vivaient en Dordogne, à Thiviers, [cette maison qui était pour moi un havre de paix.. je disais : " Quand je serais grande, je vivrais dans cette maison, j'aurais beaucoup d'enfants et je me marierais avec Michel (c'était un apprenti boucher, chez mes parents à Vernouillet (78)] viennent habiter dans un appartement à Amiens ; est ce pour aider mon père,  pour s'occuper de moi ? car je passe du temps avec eux, quand je suis ne suis pas à l'ecole ! Ensuite surment à cause du tempslors des saisons d'hivers..ils achètent un appartement sur la Côte d'Azur pour y passer plusieurs mois de l'année, ensuite ils partiront définitivement à Mandelieu dans cette résidence "Le Capitou"  : J'y passerais quelques vacances scolaires jusqu'à ces vacances de Pâques 1976, où mes parents appelleront pour nous avertir, qu'ils ont vendu '' Le Penalty " d'Amiens.

Mes parents nous rejoindront,  je laisserais derrière moi encore des souvenirs qui s'étomperont avec le temps ....pour une courte période de vie sur la Côte d'Azur, pour que mes parents se reposent, profitent de la vie qu'ils n'ont pas eu pendant qu'ils travaillaient à Amiens......et moi quelle vie, j'ai eu ? 

 

 

 

 

 

La Tour Perret

La tour Perret est conçue par l'architecte Auguste Perret, en 1942 dans le cadre du projet de reconstruction de la place Alphonse-Fiquet et de la gare d'Amiens à la suite des destructions massives du début de la Seconde Guerre mondiale.

Les travaux furent menés par l'entreprise Perret-Frères (dont les associés sont Auguste, Gustave et Claude) qui travaille en collaboration avec l'entreprise Bouvet d'Arras.

Un exploit technologique

La tour constitua à l'époque un exploit quant à l'utilisation du béton armé. Il s'agit du premier immeuble français en béton de plus de 100 m de hauteur. Elle est considérée à sa construction comme le « premier gratte-ciel français ».

Initialement haute de 104 mètres et 30 étages, elle est surélevée à 110 mètres au début du xxie siècle ; elle est également nettoyée et dotée d'un "sablier de lumière" conçu par Thierry van de Wingaert en 2005. Elle fut longtemps le plus haut gratte-ciel d'Europe de l'Ouest

lire la suite

Les Archives municipales et communautaires - Amiens Métropole

Auguste Perret, né à Ixelles (Belgique) le 12 février 1874 et mort à Paris le 25 février 1954, est un architecte français qui fut l'un des premiers techniciens spécialistes du béton armé.

lire la suite

Les Années 1970.2

Après avoir passé quelques années dans le Nord, à Amiens ! Me voilà à vivre sur la Côte d'Azur. 

En attendant que mes parents me rejoignent, je suis chez mes grands parents, qui ont un appartement dans cette résidence Le Capitou à Mandelieu. 

Suite à aller retour éclair de mes parents, ils jugent que je suis une mauvaise élève que ce n'est pas la peine de retourner dans un collège, ils m'inscrivent, dans une école Pigier à Cannes, pour suivre des cours de Sténo-dactylo, pas le choix ( en fait je suis contente, car cela me plait bien).

Je prends le bus  pour y aller et revenir le soir, je dois me débrouiller toute seule, car mes grands parents sont agés.

Mes parents ont laissé une enveloppe pécunière pour le midi, je mange où je veux avec d'autres éléves avec qui j'ai sympathisé, mes repas sont des Pan Bagnat ou autres et on va sur la plage.. c'est le TOP !!! Je fais comme les copines/les copains - je me mets à fumer des cigarettes et le soir en rentrant, je cache mon paquet et je fume en cachette sur le balcon...

Mes grands parents sont gentils...j'ai le droit à mes petits pains au chocolat tous les jours...après avoir fait mes devoirs.. je regarde la télévision et je ne sors pas!

Puis viens le jour où mes parents arrivent avec leurs valises ou pas ( ne m'en souviens plus) pour annoncer qu'ils ont tous vendus COMMERCE & MEUBLES, vaisselles, et  mes affaires ( livres, jeux, etc..) donc on a plus rien juste nos vêtements !!!! On va vivre où ? car j'ai mes grands parents, c'est pas possible, il n'y a que deux chambres et pas de canapé lit. 

Ils nous apprennent qu'ils ont ou vont acheter un bateau et on vivra dessus le temps qu'ils se ressourcent de ses années labeurs dans le Nord..

L'idée me plait bien, cela donne un goût de vacances perpétuelles pour moi qui va à l'école..

Nous allons au port de La Rague qui se trouve à un petit quart d'heure de chez mes grands parents, nous y voilà devant ce bateau  (il n'est pas si grand que cela, comment la vie va se dérouler dans si peu d'espace, car tous les soirs, il faut baisser la planche qui sert de table pour faire notre lit, où nous y dormons tous les trois ( Je vous laisse imaginer...)

Achat de bateaux à moteur d'occasion | bateau24.ch

Je m'y ferais, car ce n'est pas tous le monde qui peut vivre sur un bâteau, même à l'étroit...et puis on va rattraper le temps perdu pendant toutes ces années ou je ne les voyais qu'une ou deux heures par jours même quand je n'avais pas école.

Mais cela m'éloigne de l'établissement Pigier..? Pas grave mes parents me disent, on t'emmenera en bâteau jusqu'au port de Cannes et après soit tu iras à pied ou par le bus..Tu as la chance d'avoir des parents qui ont un bateau et qu'ils t'emmenent avec... .!

Nous mangeons sur le bateau ou à la p'tite guiguette du port tous les jours, quand je n'ai pas cours, on lâche les amarres et on va en mer pour se baigner et pour être seuls au monde ! Le temps passe, puis un jour mes parents achetent un autre bateau qui fait 3m de plus..on aura plus  de commodites dessus..un coin toilette avec wc/ une kitchenette & un couchage suplémentaire. 

La vie est belle !!! 

  • C'est les Vacances
  • C'est que du bonheur pour nous trois et notre Luc..

pas très sur de lui quand il est sur le pont, mais dès qu'il saute à l'eau....lui aussi il est heureux.., il fait des tours et des tours dans l'eau..Le plus dur, faut pas être à côté de lui sinon gare aux coups de pattes, faut prendre les devants pour le remonter, être à bord avant lui..l'appeler pour qu'il revienne vers nous, l'aider à monter sur la petite plate forme à l'arrière du bateau.

Il nous en est arrivé des péripéties avec ses bâteaux..

  • avec le premier, on est tombé en panne en pleine mer,  on nous à remorquer jusqu'au port.. puis  de memoire, mon père c'est trompé de pompe, pour le carburant..
  • avec le second, ça été un peu plus raid...une premier fois dans le chenal des Iles de Lérins, ou il s'était trompé pas assez de profondeur, on s'est échoué..c'est la marine nationale, qui est venu à notre secours.... une autre fois on était allé près du plage à côte de St Tropez  la météo se dégradait, les amis disaient : '' ne partaient pas,  faite le mouillage  ici avec des ancres à l'avant et à l'arrière '', mais nous n'étions pas à l'abri dans une crique, donc un risque de s'échouer sur la plage, si cela s'aggravait... 

Mon père a pris la décision de prendre la mer, en s'assurant de prevenir la capitainerie par radio CB, que nous rentions au plus vite à notre port d'attache, nous avons mis nos gilets de sauvetage sur le dos ...Le ciel bleu était devenu d'un gris très foncé, on se serait cru en pleine nuit..nous étions l'après midi.......Le retour fut très dur, car la mer commençait à se déchainer, les vagues grossissaient...et mon père nous disaient : " Tenez vous bien, ....." car bientôt les vagues devenaient aussi hautes que le bateau. Il était impossible de faire demi tour, au risque de chavirer, il fallait aller de l'avant, TENIR BON, foncer dans les vagues, les couper pour avancer...cela dura des heures.. ....Pour enfin voir les lumières de notre port d'attache, il fallut encore à mon père de la concentration pour entrer dans le port avec les vagues qui étaient toujours aussi violentes et qui risquaient de nous jeter sur la digue avec les gros blocs de pierres..Quand les amarres furent attachées ; quel soulagement pour nous trois et notre chien, qui était à l'abri avec moi dans la cabine !!!

Nous avons fait connaissance avec des plaisanciers et leurs enfants.. je me lie d'amitié avec leur fils.. on s'amuse, on se baigne, on va à la plage.. puis arrive la fin de leurs congés, et là, comme nous sommes encore en vacances nous, les lycéens, Hervé reste avec nous pour en profiter encore de ce bord de la mer, tandis que ses parents repartent...et le mois passe trop vite..on s'échange nos adresses, il part car il a un train à prendre, qui fort heureusement passera  au dessus du port, et on se dira encore un au revoir ..

Nous échangerons pendant des mois , des courriers avec cette envie de se revoir... et un jour...plus de nouvelles..c'en était fini !! 

ET POUR NOUS, la vie reprenait UN COURT NORMAL pour des gens normaux ; 

  • partir de la Côte d'Azur,
  • quitter cette école Pigier, où je me sentais bien,  mes études se passaient bien... j'étais accepté pour faire  une 1ère année CAP  "S.D"....

J' abandonne encore derrière moi ces quelques souvenirs de bonheur, d'insouciance....pour repartir vivre en région parisienne  dans l'Essonne à Corbeil.

 

 

Les Années 1970.3 et 1980

Nous voilà arriver à Corbeil-Essonnes,  On est en quelle année ?  1977...

J'ai 15 ans, Je dois reprendre mes études de sténo -dactylo, trouver une école dans le secteur !

Ouf, il y en a une à Corbeil,  nous y allons pour m'inscrire, ils peuvent me prendre, il y a un GROS SOUCIS, ce n'est pas la même méthode de Steno, ils formenet à la Prevost -Delaunay, je ne peux pas suivre ce cours, il faudrait que je reprenne tous les cours depuis le début ; donc l'école me propose pendant les cours de sténo, de faire mes propres exercices, mes auto corrections et de suivre le reste du cycle d'étude, ce qui n''engendrera pas de retard parait-il ? Je suis mise à l'écart, comme j'arrive en cours d'année, ce qui me perturbe, la descente de tous mes notes commence.. après tous les efforts que j'avais fait sur la Côte d'Azur..

Après cette fin de cession, vu mes résultats, mes parents me disent : " Ce n'est pas la peine de continuer à te payer des études, si tu ne fous rien !!!!" J'essaie de me défendre, que travailler dans le contexte actuel ce n'est pas facile, que j'aurais du rester à Cannes, on me rétorque, dans ce cas, tu vas venir travailler avec nous dans le commerce...!!! 

À 16 ans, pas d'amis, personne à qui parler pour me soulager, car je ne dois pas me plaindre, sinon j'ai rien...Ça fait combien d'années que l'on fait tous pour moi, sans amour et avec de l'argent !!  Des écoles privées, pour être bien éduquer, des cours privés, pour apprendre, mais des parents absents pour m'aider à la maison, quand j'ai du mal à faire mes devoirs,  pris par leur travail de commerçant..

Est ce que c'est le cas pour tous les enfants de commerçants ? Je ne sais pas, ma cousine est aussi fille de commerçant, je ne crois pas qu'elle est eu un diplôme, je n'en ai pas souvenance ! 

Nous vivons à Corbeil-Essonnes, dans une petite résidence , rue de Gournay, c'est calme et très agréable, pour le moment, mais cela risque de changer. Mes parents ont de nouveau un commerce et il n'est pas à Corbeil. Il se trouve dans les Yvelines à Saint Germain en Laye, (55kms)  encore un nouveau départ en perspective que je rumine dans ma t^te, puisque je vais aller travailler avec eux!!!

Ce café "Le Fontenoy" se situe dans la rue la plus commerçante de St Germain ; c'est la rue au Pain ; il ouvre à des heures respectables de  - 7h30/19-20h, je ne me souviens plus très bien et cela change d'Amiens ; la clientèle est principalement venant de bureaux, et des commerçants. 

Il apportera plusieurs nouveautés à cet établissements : 

  • une salle de jeux vidéo ainsi qu'un Billard
  • une cave à cigares pour compléter le tabac ainsi que des bibelots  et accessoires utiles ( briquets, coupes et etuis cigares, stylos, etc.)
  • une spécialité bourguignonne : le KIR au Bourgogne Aligoté

ainsi que les salades composées, les hot-dogs et les croques (spécial à ma mère) en plus des sandwichs.

Et moi, je suis où dans tout cela : je suis au bar, ou à la caisse du tabac.. cela dépend...

Pour en revenir à notre lieu de résidence, en fait la semaine nous restons sur place, le café a un appartement 3pièces, nous rentrons le samedi soir  pour une journée de repos et on repart en sens inverse le dimanche soir. Nous ferons cela quelques années !

Pour ma part, mes journées de repos suivent celles de mes parents, je vais me promener au centre commercial de l'Agora ou il y a cinémas et patinoire,  je commence à sortir en boite avec mes cousines qui me chaperonnent ( elles ont 2 ans de plus que moi) et leurs petits copains et leurs amis, des coureurs cyclistes.

L'adolescente grandit et derrière le bar, c'est pas toujours facile avec la clientèle des hommes, j'ai des affinités avec un ambulancier, nous nous  rapprochons.... Mes parents vendent l'appartement de Corbeil-Essonnes, pour une maison on va même dire une très grande maison ( vous vous rappellez je vous disais ils avaient la Folie des Grandeurs, j 'y reviens plus tard, encore une fois ) à Saintry sur Seine..

Concernant les affinités, cela tourne au drame, car je vous l'ai pas dit mais il a presque une dizaine d'années de plus que moi et cela pose problème à mes parents, car  ces collègues ont lancé des rumeurs.. pas toujours de bonne augures..ils me disent que je perds la tête et  à ce moment là, je ne servirais plus au bar, Je serais uniquement aux caisses du bar et du tabac pour éviter les contacts avec lui et me surveillent quand je sors Luc, voir même à me suivre..Je ne lache pas car je tiens à lui, et lui à moi aussi, c'est ce que je pense ! 

Entre temps, mes parents m'inscrivent pour passer mon code et mon permis avec un ami qui à une auto-école à Corbeil, en lui disant : " Elle a un mois de vacances, débrouille toi pour qu'elle l'est" ...Je paie donc je veux des résultats immédiatement...Il me fera travailler d'arrache pied comme si j'étais à l'école.. je me souviens un jour, on a failli avoir un accident, car je conduisais depuis plusieurs heures, il ne m'a pas sanctionner, car c'était de sa faute... Je passe mon CODE, je l'ai.. maintenant il reste à valider la conduite.. Fin  aout 1980, je passe l'examen de conduite, l'ami de mon père est à l'arrière de la voiture, il me fait comprendre que tout va bien se passer, j'ai la trouille ... la conduite se passe bien et pour le final,  je dois faire un créneau à gauche, dans une montée..AIE....je commence à manoeuvrer  et la, la grosse panique je ne sais plus dans quel sens tourner mon volent..un petit indice venant de derrière l'examinateur ME SAUVE... J'éteins le moteur et j'attends..et je ressors de cette voiture avec mon feuillet rose ........

YOUPIIIIIIIIIIIII !!!! J'ai mon permis.....ce qui me permetra d'être plus libre pour me déplacer, (fini : papa tu m'emmenes, etc.) de sortir de cette grande maison où on se cherche ; une fois me croyant seule dans la maison, je prends ma voiture pour sortir, et là j'entends un coucou dans le jardin... je regarde partour.. je ne vois personne...normal ma mère m'appelle du grenier où il ya des toutes petites lucarnes triangulaires...cela ne m'empèche pas de sortir.. "Je vais me promener à l'Agora!"

Pour en revenir à cet amour  interdit, mes parents feront tous pour nous separer, jusqu'à vendre ce café pour soit disant me protèger de son influence néfaste. Je continuerais à le voir en cachette à Corbeil, jusqu'au jour, où il ne viendra plus et je  l'oublierais...

Nous sommes en avril 1981, je travaille maintenant dans une superette AS ECO, à Corbeil, dans les rayons  Épicerie ( achalandageS, commandes, etc.) , cela me plait, avec certain de mes collègues, nous nous retrouvons après le travail, d'autres me jalousent car je m'entends bien avec le directeur .. quelle connerie !

Un jour j'ai un accident de travail, je me coupe avec un cutter sur le dessus de la main.. la chef des caissières me fera un pansement pour sortir, j'irais voir des amis à mes parents qui font le marché juste à côté pourme remonter chez moi, car je ne peux pas conduire,..Ma mère est surprise de me voir, accompagnée de Françoise.. "Quest-ce qui se passe, où est ta voiture ?"  "Je me suis coupée..." tout en cachant ma main, pour eviter l'affolement..." c'est grave, vu que tu es avec Françoise ?"  "Non, faut juste aller à l'hopital pour me faire recoudre"  (Je ne me souviens pas qui m'a emmené, mais je ressors avec des fils et peut etre un arrêt de travail).  En reprenant mon travail, je change de poste : je suis au rayon fruitS et legumeS qui se trouve à l'extérieur, j'ai la paix, j'entends plus les cancans..

Entre travail, mes parents et mes loisirs tous va bien, jusqu'au jour, encore tous dérapent, j'ai 19ans !!

Un soir en semaine,  après le travail, je passe la soirée avec des collègues, dont je suis attirée par l'un deux, je finirais uen partie de la nuit dans ses bras...et je rentrerais pas au aurore mais presque (4h)..je serais reçue par ma mère, qui m'attendait ou qui s'est réveillée à ce moment là, en traitant des pires mots de la terre....je m'enfermerais dans ma chambre en pleurs. ( Pour info, ma mère ne s'est jamais souciée de me faire prendre la pilule, c'est moi qui était voir le médecin, pour qu'il me la prescrive...comme j'avais 18ans révolu..)

Après que c'est il passé ? est ce que c'est longtemps après ou la conséquence de  cette soirée ? J'ai démissionné de mon travail  en novembre 1981, pour retourner travailler avec mes parents - la bonne idée !!! J'avais goûté à l'indépendance finanière et pourtant je me réenferme dans le cercle familial pour le travail..  Pourquoi ? Peut - être sous l'influence de parents autoritaires, qu'ils ne faut pas contrarier.

ET OUI ! Maintenant, ils tiennent pas un magasin mais deux magasins à Juvisy sur Orge (l'un est pour l'Art de la Table  & l'autre autour des Idées cadeaux (bijoux, tableaux, etc.),  Pareil, pour ceux-la, ils apporteront de la nouveauté :

Ils proposeront pour toutes listes de mariage déposées en magasin : UNE VOITURE ANCIENNE, comme voiture de cortège et pas n'importe laquelle UNE ROLLS ROYCE, coupé chauffeur de 1920

 1920 Rolls-Royce Silver Ghost Coupé de Ville, #24AE by Mulbacher (With  images)

ils avaient trouvé un artiste dans le sud qui réalisé ses peintures sur des plaques alu, du nom de Muro, c'était inovant..

J'en tenais un pendant que ma mère était dans l'autre avec mon père, qui lui avait pris la décision de me payer  quand cela lui chanté  (entre le 10/15 du mois)? J'étais toujours à lui réclamer mon argent...

 Nous serons bientôt en 1982, de nouveaux changements arriveront dans ma vie.. rendez vous au prochain chapitre ....

 

Les Années 1980.2

Voilà c'est l'année de mes 20 ANS 

Vingt années se sont écoulées, je vais les fêter comme il se doit ....enfin mes parents vont le faire ENCORE pour moi,  

Dans cette grande maison..la salle sous les combres, que mon père a agencé, où il a posé du lambris sous la charpente, recouvert le sol de peinture spéciale, fait un bar en lambris, 

Un lieu propice à toutes leurs fiestas.!!!!! Je ne me souviens plus si c'est la première 

Mes parents organisent un bal masqué pour fêter mes 20 ans, que j'ai eu le 28 janvier, pour l'occasion, ils invitent leurs amis et quelques amis à moi, mes cousines avec leurs petits copains et les copains de vélos..

En juin, on fête leurs 22 ans de mariage et la crémaillère de la maison.. L'occasion d'inviter encore du monde à la maison.!! Les amis, la famille les copains....

Je ne sais plus qui dit, on peut appeler une copine et son frère pour qu'ils passent dans l'après-midi, mes paretns acceptent..et là je ferais connaissance d'un garçon....qui sera mon avenir, mais lui ne le sait pas encore !

Après cette journée, avec sa soeur nous nous organiserons des sorties en boite le samedi soir, et je ferais en sorte qu'il me remarque.. qu'il s'intéresse à moi et me demande de sortir avec lui... Chose qui se fera en douceur..., après maintes tentatives après que son meilleur copain s'interesse à moi et me demande aussi de sortir avec lui ..! 

Voilà après de longs mois, nous sommes enfin ensemble.. nous nous voyons regulièrement, je suis heureuse, il a envie de faire sa vie avec moi ..

Que du bonheur à tous en cette année 1983..Nous nous fiançons en janvier, et fêtons nos anniversaires respectifs en même temps...

Ma cousine se marie cet été,.. quand j'entends mes parents qui disent : "Il faut vivre ensemble avant de se marier", je me dis que moi aussi cela doit être possible, en faisant les choses tranquillement pour les amener à cette décision, je commence à parler que j'aimerais partir en vacances avec mon fiancé... mais une ombre se dessine, donc j'en parle à l'amie à ma mère, Françoise, qui aurait pu être aussi ma Belle-mère si j'avais continuer à sortir avec son fils, dans les années 1980/81 qui voulait vivre avec moi  comme ils étaient bouchers sur les marchés et moi fille de boucher (même si cela date!!!).

Je me rappelle de ce jour, comme si c'était aujourd'hui, nous sommes un dimanche férié, le midi  nons mangeons chez les parents de mon fiancé et l'après-midi nous rentrons chez mes parents, où il y a de la famille et des amis, dont Françoise  qui me prend à part et me dit : " Tu peux partir en vacances avec ton copain..". trop contente de lui dire, nous sommes ravis mais ce qui suis  n'est pas triste n'ont plu!

De toute part, on me fait des recommandations, de faire attention, pas d'imprudence. Ils me prennent tous pour une gamine écervelée !!!!

Les vacances arrivent.. je n'ai pas encore mon salaire pour partir, je suis obligée de pleurer pour avoir un peu d'argent..et là, mon père me donne royalement 500frs.. l'air de rien, et si je n'ai pas assez d'argent.. il dit à mon fiancé :" Tu lui avanceras l'argent, et je te rembourserais au retour !" Je suis sans voix...mon regard va de l'un à l'autre....

Nous sommes arrivés à Hendaye, nous installons les toiles de tentes.... Pour nous six... dans la grande y dormira ma future belle soeur, un copain, mon fiancé et moi.... Le partage des chambres sera une rigolade silencieuse ; Muriel met son sac de voyage dans la première, moi je l"insatalle dans la seconde....Les garçons rentrent sous la tente et là... Ils voient les sacs, on s'installe où ? Je leur dis je suis dans cette chambre ! 

Lors d'une virée sur les plages des Landes, un temps radieux depuis des semaines, tandis que sur Hendaye, il pleut depuis 15 jours, donc nos démontons les tentes pour partir ..& là se sera encore mieux les vacances.....

Le mois de vancances est pour moi..la joie de vivre  avec l'homme que j'aime.. se dire ON POURRAIT VIVRE ENSEMBLE ! puisqu'on a déjà parler MARIAGE...On va  le suggérer à mes parents.

Nous sommes rentrés,  ON NOUS QUESTIONNNE...et plus précisément moi " Où tu as dormi ?"..Et patati et papata ! Il s'en suivra, que nous dormons ensemble chez ses parents et en cachette comme on l'a toujours fait depuis le début, chez moi. Vivre ensemble, hors de question en dehors du mariage..

Nous fixons notre date de mariage le 30 avril 1984..

Un mariage a préparé, normalement les choses doivent bien se passer., non cela sera un  calvaire si on peut dire...! Je suis fille de commerçant et mon fiancé est fille d'ouvrier.. en plus fille unique tandis que lui est l'ainé de la famille, il a une soeur 

Vous saississez ?  Mes parents vont nous pourrir la Vie pas à nous, à mes futurs beau-parents,  comme je suis une fille docile je me laisserais influencer par certaines choses que mes parents feront..et prendra ma future belle-mère en grippe. Mes parents veulent un mariage en grande pompe (Folie des Grandeurs) .. on y reviendra plus tard.

Un événement va se produire, qui peinera ma belle-famille, le grand père de mon fiancé, décède en septembre 83 à Paris, suite à un malaise qu'il fait au domicile de ses enfants, il est hospitalisé à la Salpétrière, pour une opération des coronaires, qui malheureusement se passera mal ! Je suis aussi éffondrée (pour moi, c'est mon premier décès proche, si on peut dire) mais la force de caractère de ma belle-maman va être pour moi, une ligne de vie, ne jamais baisser les bras quoi qu'il arrive, malgré son chagrin (elle est fille unique), elle me dit : " Il est parti, oui, mais dans 6 mois, vous vous mariez, la VIE CONTINUE, elle ne s'arrête pas avec lui " 

Les jours passent, mes parents dirigent l'organisation du mariage..qui aura lieu la veille du 1er mai, qui permettra à tous nos invités d'être présents...qui  aura lieu pendant un long week-end férié, le 30 avril, c'est un lundi...Pourquoi, ce jour  là, c'est des commerçants, le samedi on travaillent....

on pense au cortège : les tenues de la mariée, des demoiselles d'honneurs de mon coté, la voiture, les tenues de mes parents, etc...

​Ma Robe de Mariée, mon parents m'emment à Paris, pour la choisir...j'en essaies plusieurs jusqu'à celle qui me fera chavirer le coeur, je choisis mes accessoires : lingerie, jupon, chaussures, etc.. Ma mère veut que j'ai un voile..avec cette Robe, ce n'est pas possible, je serais obligée de m'imposer là, pour choisir ce qui me plait : soit un chapeau ou un calot.. ce qui se possera dans mes cheveux sera un accessoire très joli avec une fine voilette  comme dans les années 1920,  et Oui.... comme le véhicule qui me conduira est la Silver Ghost ( la Rolls royce -1920), mon coup de coeur pour cette robe est en harmonie avec cette voiture et ma belle maman fera en sorte que la tenue du marié y soit aussi.

On pense aussi aux formalités...la mairie, l'église, etc.

On veut se marier à l'église,  juste une bénédiction,! Et c'est pas tout..aura droit aussi à des formalités chez le notaire pour un CONTRAT DE MARIAGE...( je me marie avec un ouvrier, vous avez oublié, ils ont peur qu'il en veuille à l'argent de la famille...)  contrairement à mes parents qui n'en ont pas,  ah oui, ils étaient tout les deux enfants de commerçants, ce n'était peut etre pas la peine, car chaque famille étaient propriétaire d'un bien ( une Boucherie & une Charcuterie)...que mes beaux parents, ils ont que leur maison !!!!

On fait aussi une liste de mariage dans la Boutique de mes parents : Surement influencer par Leur GRANDEUR, je choisis vaisselles, verres, accessoirs, petits électroménagers, etc...

Le photographe, qui vient de Villejuif, pourquoi si loin ? 

le VIN d'honneur qui aura lieu à la Maison..Mes parents comptabilisent au moins 250 pers au total, le Repas on est un peu moins nombreux  dans un restaurant à Draveil...

Cette liste ne sera achetée que par des invités de mes parents...vu que ma belle-mère est en conflit avec mes parents..( chacun fait selon ses moyens,  mes parents veulent ce qu'il y a de mieux pour moi sans se soucier que mes beaux-parents ont un autre enfant.. Parfois, je tiens rigueur à l'un ou à l'autre, ce qui entrainent des disputes entre parents, beaux-parent et fiancé...

 il y a aussi les enterrements de vie  : Nous avons l'interdiction de nous voir les 10 jours avant notre mariage, c'est dur, on s'appelle tous les soirs, nous nous manquons ! De mon côté, je ne ferais rien seule, mesparents s'occupent encore de tout.. Nous mangeons au restaurant le samedi soir ...ou le dimanche.......(voilà Un trou de mémoire, comme tant d'autres)

Le jour "J" arrive,  

Je me prépare, impatiente de voir mon futur époux, je dois attendre car il ne viendra pas à la maison, je découvre sa surprise pour le rejoindre à l'église : Mon bouquet de Mariée...des ORCHIDÉES Blanches, j'en ai des larmes, il est magnifique !!!

Puis me voilà installée, dans la voiture avec ma mère et mon père qui conduit le Coupé chauffeur..Il y a un soleil magnifique.. la veille il pleuvait... nous arrivons à l'église ....

Enfin, nous nous retrouvons après cette dizaine de jours sans se voir...Nos yeux pétillent de joie, de bonheur..nous allons scellés  notre amour devant Dieu...Les coeurs se serrent d'émotions, pour chacun de nous tous, parents, familles, amis...

Puis nous passons devant Mr le Maire..... :

"Est cc qu'il y a dans l'assemblée, une  personne qui s'oppose à ce mariage ?...."Voulez vous prendre pour époux.... pour épouse  ? 

OUI, je le veux 

pour le meilleur et pour le pire, jusqu' à ce que la mort qui nous séparent

il est 16h00, je suis Madame .... Une longue vie de bonheur nous attend..

 

Les Années 1980.3

Nous sommes heureux, MARI & FEMME depuis hier Lundi 30 avril 1984  à 16h000...

Notre Voyage de Noce...

DIRECTION  La BRETAGNE  sous la pluie... oui elle est de nouveau là, par les routes départemantales pour profiter pleinement de  nos quelques jours, à l'approche des côtes voilà nos étapes :

  • Bayeux, nous visitons la vieille ville, feront quelques emplettes du terroir.
  • Villedieu-les-Poêles, où nos retrouvons la famille Guillomet, des amis à mes parents, qui tiennent un magasin de Cuivre et leurs fils hervé, marié.
  • Direction Avranche puis nous visitons le Mont Saint Michel quelques heures..

On arrive à Saint Malo, dans la vieille ville : nous y rentrerons vers 19h pour y trouver un hôtel/restaurant avec du  mal, avec tous ces "Sens interdit" à chaque coin de rue ou de ruelle!. Enfin, une petite place avec un hôtel, avec une facade très ancienne,  nous demandons une chambre et s'il est possible de manger....On nous indique de suivre la personen, qui se dirige vers un escalier  qui date surement du siècle dernier, vu son état et  son étroitesse... pour nous emmener à notre chambre.... Après en avoir fermé la porte pour nous installer, je m'empresse d'ouvrir  un placard pour y mettre nos affaires, ce que je ne ferais pas en  découvrant l'intérieur de ce dernier, ce qui en suivra de tirer le dessus de lit ainsiq que les draps, pour en voir l'état..!!  On se croirait dans une scène de film... tellement c'est vieux.!!!! Nous redescendons pour le diner, avec cette impression d'être, l'attration du lieux.  Notre repas sera leger et rapide, pour regagnier notre chambre pour la nuit... Enfermés à double tours et là vous allez rire.. même à mettre une chaise devant la poignée de la porte, tellement, je me sens en insécurité.. car en plus de nos affaires.. nous avons notre cagnotte de Jarretière, qui est cachée dans nos bagages.... le lendemain, lréveillés au aurosre, nous descendrons avec nos  valises, pour prendre notre petit-déjeuner et quitter ce lieu,..RAPIDEMENT !!!

Après cette nuit, nous n'avons même plus envie de rester sur place, nous prenons la direction de Dinard, ou nous y passerons quelques heures à nous promener  puis suivra Dinan..!

Notre étape de nuit  à Saint Malo, nous  ayant refroidi, si on peut dire, nous  rejoindrons  Brest  en fin de journée, où nous attend la grand-mère de mon mari .qui nous reçoit pour plusieurs jours.

Ce séjour sera pour moi, la découverte d'un départemant qui m'émerveille,  à visiter des endroits aussi beaux les uns que les autres et de  faire connaissance de la famille  de mon époux, qui n'avait pu venir à notre mariage.  Puis viens, le départ pour retourner chez nous.

Où vivons nous ? A oui, je n'avais pas encore abordé ce sujet avant notre Mariage ; 

Mes parents ont voulu nous faciliter notre nouvelle vie de couple..en nous proposant de vivre au Rez de jardin de la maison. dans 3 pièces..(cuisine/ 2 chambres/salle de bain/toilette) avec le couloir commun à eux. qui dessert  la buanderie, le garage et la cave..moyennant une participation financière, pour pouvoir faire des économies  pour plutard.

Nous ont permis et fait bénéficié d'entrée au salon du meuble de Paris, pour nous payer notre salon et salle à manger (une partie payée par la marraine de ma belle-mère, qui n'a pas d'enfants et considére mon mari comme son fils.)  je reviendrais encore sur un détail plutard concernant cette salle à manger !

Nous apprenons à vivre ensemble, vu qu'il fallait que nous soyons MARI & FEMME, pour  être ensemble  24h/24h... des semaines, des mois passent, nous sommes dans notre bulle, et  vient le jour de décider de partir, de vivre dans notre propre appartement ; une occassion se présente, et programmons notre départ  pour l'année prochaine début 1986..

Entre temps, nous adoptons un fiston Max, il a 6 mois, il est mignon comme tout, un peu pateau, il grandit en compagnie de Luc, c'est le Doberman que nous avions à Amiens avec mes parents

Notre bonheur est parfait., Noël approche à grand pas. .....Le Réveillon est là, nous sommes en famille, distribution des cadeaux, des échanges de voeux.. mais  ce que je ne sais pas encore, quand nous serons tous les deux en tête à tête.....!j'aurais mon cadeau ....C'est une SURPRISE 

Ma joie est  si  grande, que j''en ai des ailes.....mais avant cela, il faut préparer notre démenagement, que nous allons profité pleinement de notre vie à deux, dans notre  NOUVEAU CHEZ NOUS.., on récupère des meubles, on en achète.... On embellie notre Nid ...LES JOURS PASSENT... ..

 

 

 

 

Les Années 1980.4

Mon cadeau de Noël 1985...

celui qui ne se voit pas mais qui fait chaud au coeur, notre désir de fonder une famille, comme nous emméngeons bientôt dans notre nid d'amour à Moulignon, à côté de Saint Fargeau Ponthierry. Cette nouvelle année 1986 qui commence avec la joie d'être chez nous enfin, libre de vaquer à nos propres choix et décisions.

Nous avons récuperé des meubles chez mes parents pour la cuisine et la salle de bain, notre chambre est un matelas et un sommier posé à même le sol avec en guise de table de nuit des caisse en bois, faite par mon beau père,  une armoire achetée à Confo.. qui feront l'affaire pendant quelque temps...puis nous  récupérerons la chambre de ma grand-mère qui ne lui sert pas, celle où je dormais en Dordogne, quand j'étais petite fille ( le matin mon grand père m'amenait un p'tit déj dans mon lit, que du bonheur dans cette maison de mes vacances..quand j'y repense je disais : " Quand je serais grande, je me marierais avec Michel, - c'était un apprenti de mes parents dans leur boucherie à Vernouillet- et je vivrais dans ta maison mémé" ) ; ce qui nous appartient dans ce nid d'amour, c'est notre salon et salle à manger que nous avons eu en cadeau de mariage de la Marainne de ma belle-mère, qui considére mon mari comme son fils, car elle n'a jamais eu d'enfants,  c'est une personne que j'apprècie, elle est la gentillesse à l'état pur.

Notre famille va s'agrandir

Les journées, les semaines passent. Nous sommes des jeunes mariés et profitons de nos journées remplies de joie, de bonheur à deux...mais nous ne le savons pas encore, bientôt un petit être nous rejoindra..

Nous sommes en mars 86, j'apprends que je suis enceinte pour une naissance prévue en octobre 1986..! 

Profitons de ses quelques mois qui nous reste à deux !! ensuite cela sera plus difficile entre bibi et couches culottes ;) !!! Nous commençons à faire nos emplettes pour cette future arrivée un garçon, une fille on ne veut pas savoir !!

On trouve la chambre pour le bébé, belle maman a acheté un couffin  qu'elle est entrain d'habiller en broderie anglaise (ce couffin un cadeau qui me va droit au coeur, je le garderais pendant des années, il servira encore pour nous, et pour d'autres au fils des années) ; la layette s'entasse car les futures mamies tricotent des brassières et des pantalons  de différentes couleurs sauf du rose, étant donné que l'on ne sait pas le sexe de notre bébé, cela sera une surprise pour tout le monde.

On apprend à notre petit fiston de ressentir les vibrations de mon ventre pour l'habituer à la venue de cette petite personne qui va prendre beaucoup de place dans notre foyer...!!

Pendant ma grossesse comme je suis à la maison depuis un moment, je me suis mise à la généalogie, je fais une recherche sur mes ancêtres, je commence par ma lignée, comme ma mère est de l'Essonnes ( anciennement la SEINE ET OISE ), je vais aux archives départementales qui se trouvent à Chamarandes ( au moment que j'écris) avant elles étaient et voilà j'ai un doute soit à Corbeil ou à Evry; et à celle de la Seine é Marne, qui se trouvent toujours à Melun ;  comme cela ne me suffit pas je fais aussi la lignée de mon père - des courriers qui partent dans des communes de DORDOGNE, de SARTHE, de MAYENNE; de ma moitié, pour lui, c'est  destination LA BRETAGNE & LE NORD. je passe des journées complètes soit aux archives ou dans les courriers que je recois.., c'est vrai dépouillement pour certains actes, pour d'autres la lecture est relativement facille.

Nous partons en vacances, quelques jours en Bretagne pour voir la grand mère de mon époux, profitez un bon air de la mer et faire des ballades à pied, qui deviennent de plus en plus dure pour moi, car le bébé prend de la place et me provoque de la retention d'eau dans les pieds, qui ont doublé de volume..( de ma taille de 37/38, je suis passée à du 39 ; j'ai dû acheter des chaussures à semelle compensée, car je ne peux plus mettre mes chaussures à talons) 

Le jour tant attendu est pour bientôt, je fais une visite de contrôle le 24 octobre, pour savoir où en est ce petit être !!!

A notre grande surprise, on nous dira que c'est pour bientôt surement dans la semaine et comme nous arrivons au week-end de la Toussaint, ils décident de me le provoquer,  donc retour à la maison après auscultation  pour les derniers préparatifs et revenir à 14h30 avec ma valise  à la clinique Saint Jean à Melun pour le déclencher sous perf !

L'obstétricien m'a prevenu que l'auscultation pouvait aussi me faire perdre le bouchon muqueux, ce qui je produisis quand nous fûmes rentrés, donc le travail allait commencé dans les prochaines heures donc le déclenchement était une bonne chose, cela accéleré le travail..!!

Des que j'arrive à la clinique, je suis installée dans une salle de sous surveillance de Monotoring, je ne sais plus combien de temps je suis restée là à commencer à ressentir les premières contractions, a repensé à ce qu'on m'a dit aux cours d'accouchement sans douleurs..mais la j'ai tout oublié............

Puis on m'emmene en salle d'accouchement, pendant ce laps de temps, ma moitié s'absente, car notre premier bébé est dans la voiture à attendre d'être récupérer  par ma cousine, qui fera le pied de grue devant la voiture, car il ne voulait pas la laisser rentrer à l'intérieur...

L'heureux papa arrivera juste à temps pour voir la tête s'extraire et voir si c'ést une fille ou un garçon !!!

Pour moi une angoise s'interpose dans ce bonheur, faut faire venir le chirurgien-obstétricien, un petit soucis : Le placenta ne veut pas se décoller......LA TROUILLE me prend  ce qui en résultera qu'il glissera avant l'arrivée du chirugien, et pour me rasurrer me dira : " Madame, vôtre placenta ferait des heureux dans les laboratoirs, car il pèse environs 800grs? C'est exceptionnel !!!!

Notre Bébé est enfin là : c'est une Fille ...

Mélanie Émilie

née le 24 ocotbre 1986 à 19h30 à Melun - 77

Pendant ce temps là, mes parents font un rally sur Corbeil-Essonnes  donc le lendemain, j'aurais la visite au travers une porte vitrée de mes parents avec quelques uns de leurs amis, mes beaux parents me rendront visite avec ma belle soeur...en me disant maintenant je  peux faire une brassière rose ;) ...

Je me verrais en photo plus tard en me disant oulaaaa!!! Une petite semaine à la maternité et nous voilà rentrées toutes les deux dans notre nid !!

L'apprentissage d'être maman commence, pas toujours facile, prendre les conseils de chacun pour que tout aille au mieux. Les semaines, les mois passent, notre petite puce s'éveille, grandit, avec des hauts et des bas : elle est sujette à faire des angines et c'est l'enfer, car rien ne passe et le nez est surchargé,  un jour ma belle-soeur vient m'aider, car j'avais tellement peur de faire mal à Mélanie ; c'est Muriel qui lui nettoie le nez !

Nous apprenons que nous allons avoir un deuxième bébé, c'est ce qu'on appelle le RETOUR DE COUCHES, naissance prévue pour septembre 1987, pour le moment nous ne voulons pas savoir !! Mélanie commence à faire ses premiers pas, avec la grossesse, cela est plus  facile ce qui me permet de ne pas trop la prendre dans les bras, elle essaie de se deplacer entre les meubles de la salle à manger pour prendre de l'assurance ! 

 

Les Année 1980.5

Notre vie s'organise, en attendant la venue de ce deuxième bébé ..Est- ce une fille ou un garçon ? cela sera notre surprise, vu que nous avons de la layette pour les deux sexes. 

Il faut préparer la venue de ce petit être qui dormira dans la même chambre, que sa soeur vu qu'il y a que 11 mois d'écart..

Nous avons décidé de faire baptiser Mélanie, dans l'église où nous nous sommes marié et avec le même curé, il est fier et le repas  se fera chez mes parents, tout cela se passera en Avril 87.. sous un soleil magnifique et avec mon petit ventre qui s'arrondit.

Nous voilà arrivés en été, les vacances se passent chez ma grand mère maternelle dans le loiret à St Martin sur Ocre, comme je suis à un mois et demi d'accoucher, nous ne voulons pas prendre de risque de partir trop loin...si jamais.. ! En plus, nos avons un mariage en septembre , le 12 , la soeur de mon époux se marie.. que du bonheur pour tout la famille..!!!

La date du mariage arrive, tout le monde est en forme.. Mélanie, mon Homme ainsi que moi , pas de signe avant coureur pour un accouchememnt pendant le week-end, donc je m'éclate pendant ce mariage, une envie me prend de gagner la jarretière et je l'aurais comme la Maaf..  au me levant sans arrêt de ma chaise en faisant des assis/debout .. même cela ne fera rien pour le déclercher et nous finirons notre wwek-end sans départ précipité vers la maternité - Oufffff !

Mais la semaine qui suivi, fut autrement ..entre des frayeurs et des allés/venus entre pédiatre/ radio/ chirurgien,

Mélanie tomba de la table dans son Babyrelas ( les vieux en coque plastique avec les oreillettes de chaque côté) le lundi matin chez mes parents, nous appelons le pédiatre pour qu'elle nous prenne en urgence, pour voir s'il n y avait rien de grave.. pas d'ecchymoses, de troubles, et me dit de surveiller dans la journée et de ne pas lui faire faire sa sieste, difficile à cet âge...car ce qui ne devait pas se faire se fit et elle dormit bien...environs 2h.. régulièrement j'allais la voir dans son lit, surveiller sa respiration de peur qu'il arrive quoi que ce soit, puis elle se leva dans son lit toute gaie !  Je la sortie et la mis parterre pour qu'elle marche à quatte patte comme il n'y avait pas de meuble pour qu'elle puisse se tenir pour marcher et là, la peur me pris, elle s'écroula sur le sol en pleurs, je la pris dans mes bras pour la consoler, et lui donner son quatre heure, mais rien n'y fit.. elle ne s'arretait pas de pleurer, donc nosu avons pensé qu'il y avait un lien avec la chûte du matin.. appel à la pédiatre, qui nous dit d'appeler le centre de radio, pour qu'il puisse prendre une radio : nous sommes allées au centre et après constatation, une felure à une clavicule, qui  devait être  antérieur à sa chute, donc prise de rendez-vous avec le chirurgien, pour le samedi 19, attendre jusqu'a fut long pour moi de la préserver d'une éventuelle autre chute, donc pas beaucoup de marche dans la maison seule et les ballades en poussette en attendant.

Le samedi arriva, avec un réveil très matinal pour moi, en ressentant des contractions, est-ce le moment de la venue de notre deuxième enfant ? Nous regardions la montre pour les espaces entre chaque contraction, puis il fut l'heure de reveiller Mélanie, pour la préparer pour notre rdv, je ne portais plus attention la montre, aux contractions. Direction la clinique, le chirurgien nous rassura sur sa félure, qui devait daté de l'accouchement et qu'il fallait juste laisser comme ça.. le grand soulagement pour nous deux, et de nouveau ses sensations de contractions presentes...Ni l'une ni deux, direction le service de mon obstétricien qui fut surpris de me voir en me disant :

      - " On a  rdv ?"  moi qui lui repond : " Non, mais je crois que c'est pour bientôt " ; il me fait patienter le temps de terminer avec sa dernière patiente et après auscultation, me dit : " Je vous garde, le travail a commencer " " mais non, je reviens cet après midi, j'ai pas mes affaires, je suis avec ma fille, qui vient de voir un chirurgiens,..."  et " Non, vous ne repartez pas, votre mari va chercher votre valise ..."  

Mon époux repart seul, je reste dans la salle d'attente avec ma fille, qui ne demande qu'à vouloir marcher depuis le temps qu'on l'empèche avec sa chute. le temps parait long quand on attend... et surtout avec un bébé qui tape à la porte pour sortir...pour palier à cette attente et demande, je m'assieds, je me lève, je me pose de nouveau sur la chaise, elle me tire de nouveau la main pour marcher........

Puis son retour tant attenu, il est là ; on me fait rentrer dans le service, mais pas comme la première naissance - direct la salle d'accouchement.... 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 25/10/2021

Nous sommes entrain de travailler sur diverses pages pour améliorer notre site 

certaines ne pourront pas s'ouvrir pour le moment 

avec toutes nos excuses

Merci de votre visite